Jeanne Domerque

ma grand-mère paternelle et ses ascendants

Conformément à la loi Informatique et Liberté toute personne figurant dans cette page et désirant faire rectifier des informations la concernant, ou même ne plus figurer dans cette généalogie, est priée de s'adresser à l'auteur de ce site en envoyant un courriel grâce au lien en bas de page.

L'exactitude et la complétude des informations figurant ici sont celles dont je dispose au moment de la dernière modification de cette page. Toute remarque ou proposition de complément sera la bienvenue.

Les arbres ascendants décrivent, partiellement, 13 générations. Par souci de lisibilité, un arbre ne présente que quatre générations ; pour arriver aux ancêtres connus les plus anciens, il faut enchaîner six séries d'arbres. Vous pouvez vous déplacer de génération en génération et d'arbre en arbre en activant les liens cachés sous les cases aux extrémités de chaque arbre.

Cliquer sur la case de droite d'un arbre permet d'atteindre directement l'arbre des générations suivantes (plus proches de nous) et que cliquer sur les cases de gauche (quand l'arbre montre quatre générations) permet de rejoindre l'abre des générations précédantes (plus anciennes).

Sommaire

Générations 1 à 4

Ces générations couvrent la seconde moitié du XIXième siècle et la première moitié du XXième. On va de la révolution de 1848 à l'utilisation de l'arme nucléaire à Hiroshima et Nagasaki, en passant par la guerre franco-prussienne de 1870, l'espérance écrasée de la Commune de Paris en 1871, la boucherie de la première guerre mondiale (1914-1918) et la sauvagerie de la seconde guerre mondiale (1939-1945). Fumeste période !

Jean-Luc Dupaigne, né en 1949, à Lille (Nord)

Cette première partie de l'arbre montre les trois premières générations connues avant moi, jusqu'à mes bisaïeuls (les parents des mes grands-parents) nés autour de 1850, au milieu du XIXième siècle. Presque tous les événements sont connus avec exactitude.


Générations 4 à 7 du coté de ma grand-mère paternelle

Cette seconde partie de l'arbre de mes ascendants montre mes bisaïeuls (pour faire le lien avec l'arbre précédent) et les trois générations précédentes.

Ces générations ont connu la seconde moitié du XVIIIième siècle, la Révolution française, l"Empire et la Restauration.

Auguste Domerque, né en 1843 à Paris

Auguste est né à Paris où ses parents se sont mariés ; je ne sais pas dans quelles circonstances ils se sont connus, Joseph étant originaire d'Arras (Pas-de-Calais) et Stéphanie de Lille (Nord).

Le seul flou de cette branche se situe assez près de Lille, mais dans l'actuelle Belgique, province du Hainaut. Je n'ai pas encore eu le temps de visiter les archives du royaume à la recherche de ce couple, lui Disriben flamand, elle Cerf chtimi.

Mathilde Garnier, née en 1853 à Paris


Générations 7 à 10 du coté de ma grand-mère paternelle

Cette troisième partie de l'arbre de mes ascendants montre les quatre générations qui ont vécu à cheval entre le XVIIième et le XVIIIième siècle ; certaines branches remontent même au milieu du XVIième siècle.

Pour les catholiques, c'était la période faste de Louis XIV, roi Soleil de 1643 à 1715, puis de la Régence de Philippe d'Orléans, enfin de Louis XV le Bien-aimé (+ 1774). Pour les protestants c'était l'époque terrible de la Révocation de l'édit de Nantes (1685), des dragonnades et des différentes persécutions armées ou larvées qui ont suivi.

Jean Dommerc, né vers 1748 à Castelsarrasin (Tarn et Garonne)

Jean était soldat ; après sa démobilisation il a choisi d'aller vivre à Arras où il a fait souche. Ses origine sont à chercher dans cette ville natale de Pierre Perret, où ce patronyme est attesté.

On trouve plus d'informations sur cette branche dans ma page sur cette famille.

Marie-Rose Delis, née en 1747 à Bapaume (Pas-de-Calais)

Cette famille est de Bapaume (Pas-de-Calais). Ce patronyme connait plusieurs vaiantes : Delis, Delise, Delisse, Delyx. Guillaume était cordonnier, Ignace menuisier.

Selon Wikipédia :

La Bapaume, geste de désespoir. Les Bapalmoises et les Bapalmois ne dansaient pas de joie devant l'abondance des récoltes. Au contraire : ils battaient des paumes en signe de désespoir, tant leurs terres étaient mauvaises. C'est ainsi que les linguistes expliquent l'origine du nom de cette petite ville , c'est l'un des quelques villages et lieux-dits de France dont le nom, transmis par les petites-gens (étymologie populaire), est lié à la dureté de sa terre pour les paysans.

Aimable Hippolite Lombart, né en 1763 à Arras (Pas-de-Calaris)

Toutes ces quatre générations vivaient à Arras, chef-lieu du Pas-de-Calais et sont maintenant bien connues, ainsi que les frères, soeurs et cousins. Reste à retrouver Jean-Joseph Lombart qui était militaire en garnison à Sedan lors de son mariage à Arras en 1732.

Antoinette Augustine Mélanie Josèphe Decroes, née en 1771 à Arras (Pas-de-Calais)

Toute cette branche résidait à Arras.

François Disribren, né avant 1762

Ses ascendants sont encore inconnus et devront être recherchés en Flandres occidentales à Poperinge, pas très loin de Lille, mais en Belgique.

Marie Cerf, née avant 1762

Ses ascendants sont encore inconnus et devront aussi être recherchés à Reninge en Flandres occidentales belges.

Henry Crespel, né en 1757 à Lille (Nord)

Toute cette branche connue se situe à Lille dans l'actuel département du Nord.

Françoise Delcour, née environ en 1766 à Lille (Nord)

Toute cette branche se situe aussi à Lille (Nord).

Antoine Garnier, né en 1754 à Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne)

Ses grands-parents sont à découvrir du coté de ce petit village de Seine-et-Marne, à moins que ce soit dans l'Aube toute proche.

Margueritte Pime, née avant 1759

Ses ascendants encore inconnus sont à découvrir en Seine-et-Marne. La première tâche est de retrouver son mariage.

Edmé Pléau, né entre 1739 et 1744 à Noyen-sur-Seine

Tant qu'on peut remonter, cette branche vit à Noyen-sur-Seine (actuelle Seine-et-Marne) dans le hameau du Port-Mountain ou à celui du Vezoult où ils étaitent manouvriers, on dirait aujourd'hui maneuvres sans grande qualification.

Edmée Brévignon, née en 1744 à Noyen sur Seine

On reste en Seine-et-Marne, les deux branches, Brévignon du coté paternel et Garnier coté maternel, sont maintenant bien connues. Les Garnier sont probablement des cousins des Garnier précédents, mais cela reste à prouver.

Ascendants de François Durruty, né en 1756 à Bayonne

On traverse d'un seul coup la France en diagonale pour se retrouver au Pays Basque. Grâce aux dépouillements effectués par l'association Généalogie et Histoire des Familles, Pays Basque, Adour Maritime, cette branche est relativement bien connue.

Manuele Campos, née avant 1762

J'ai, enfin, identifié le père à partir d'un acte de baptême d'un petit enfant, mais l'origine de la famille est introuvable, il ne semble pas qu'elle soit de la communauté israélite de Saint-Esprit où on trouve d'autres Campos, il y a d'autres Campos Seigneur de Biscarosse (actuellement dans les Landes). Peut-être est-elle à rechercher en Pays Basque espagnol.

Anne-Alexandre Minier, né le 26 novembre 1771 à Paris

Il est né à Paris dans l'île de la Cité. Cette famille est décrite dans cette page.

Contrairement aux habitudes actuelles Anne est aussi un prénom d'homme qui a été probablement donné à cet Alexandre pour le distinguer de son père et qui le distinguera de ses enfants qu'il nommera Alexandrine et Alexandre . Comme son père et grand-père, il était joallier, lui et son père à Paris, son grand-père à Saumur (actuel Maine-et-Loire).

La branche paternelle Mi(s)nier-Briant(d) vient de Loudun (Vienne), la branche Bineau de Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire) ; mais je ne connait rien de la branche Cailluy, même pas si elle est parisienne ou de Saumur.

Le troisième fils d'Anne-Alexandre, Frédéric, a acheté une première concession au cimetière de Montmartre (Paris 18) en 1839 (décès de son beau-frère Jean-Baptiste Durruty) et une seconde pour lui, contiguë à la première, en 1871. Le premier caveau a été cédé en 1972 par François Dupaigne pour la famille de son beau-frère Lacau St Guilly ; le second caveau est resté attribué aux Dupaigne et a reçu tous les restes du premier caveau.

Jeanne Martin, née avant 1773

Elle est probablement native de Tours (Indre-et-Loire) où elle s'est mariée selon l'acte de naissance de sa première fille Alexandrine. Ses ascendants sont encore inconnus.


Générations 10 à 13 du coté de ma grand-mère paternelle

Cette quatrième partie de l'arbre de mes ascendants convre parfois le XVième, entièrement le XVIième et la première moitié du XVIIième siècle.

C'est la seconde partie de la Renaissance, des Guerres d'Italie (Marignan 1515), de la Réformation (Martin Luther 1483-1546, Jean Cauvin dit Calvin 1509-1564), mais aussi des Guerres de Religion (conflits armés à partir de 1562, nuit de la Saint-Barthélémy à 1572, Édit de Nantes 13 avril 1598).

Nicolas Monvoisin, né le 6 juin 1670 à Arras

Nicolas était Maître Blanchisseur à Arras (Pas-de-Calais), son père Jean était Maître Vitrier, profession assez rare, aussi à Arras.

Anne Leblanc, née le 21 décembre 1674 à Arras

Son père Luc était savetier.

Pierre Saint-Aubert, né vers 1645

La filiation de Pierre n'est pas encore établie, son acte de mariage n'est pas filiatif. La date supposée de sa naissance est indiquée par son âge lors de son décès.

Louise Paris, né vers 1650

Louise est nommée Paris sur son acte de mariage et ensuite Paré. Son origine est, pour l'instant inconnue, car son acte de mariage n'est pas filiatif.

Antoine Voglet, né le 6 octobre 1675 à Arras (Pas-de-Calais)

Antoine est mort à 35 ans, son père Simon à moins de 40 ; il n'était pas bon de s'appeler Voglet ou Vauglet à Arras.

Marie-Guislaine Carton, née vers 1667

Jean-Pierre Delatre, né avant 1660

Son mariage et ses ascendants sont encore inconnus, ils sont sans doute de Lille (Nord) ou des environns.

Jean-François Valenduc, né avant 1693

Son mariage à Lille (Nord) en 1713 est connu, mais il n'est pas filiatif, ce qui bloque, pour l'instant, la connaissance de ses parents.

Marie-Angélique Bernard, née avant 1693

Mariée à Lille, elle est sans doute originaire de cette ville, mais ses ascendants sont encore inconnus.

Jacques de Boulogne, né avant 1682

Il s'est marié à Lille (Nord) en 1702, mais son acte est écrit en latin et n'est pas filiatif, aussi ses ascendants sont encore inconnus.

Marie-Jacqueline Dhaubernez, née avant 1682

Pour les mêmes raisons que ci-dessus, ses ascendants ne sont pas connus ; elle devrait être une lilloise.

Pierre Coudroy, né vers 1646

Du Nord, passons en Région parisienne, dans l'actuelle Seine-et-Marne aux confins de l'Aube et de l'Yonne, probablement à Noyen-sur-SeinePierre est décédé n 1712, il était laboureur. Par suite de remariages, Pierre et son épouse sont mes ancêtres par deux branches distinctes, il y a donc deux arbres descendants vers moi.

Antoinette Pradette, née avant 1662

Je ne sais encore rien d'Antoinette.

Edmé Saulnier, né avant 1673

Je ne sais rien de cet Edmé, sinon son existence.

Anne Gitard, née avant 1673

Jean Brévignon, né en 1657 à Villiers-sur-Seine (Seine et Marne)

Ses grands-parents maternels sont aussi de Villiers-sur-Seine.

Jeanne Virlois, née en 1664 à Villiers-sur-Seine (Seine et Marne)

Ses ascendants, partiellement connus sur quatre générations, sont aussi à rechercher vers Villers-sur-Seine.

Jean Avart, né en 1653

Ses grands-parents, et partiellement arrières grands-parents, sont probablement à Plessis-Saint-Jean (Yonne).

Marie Moreau, née en 1656

Marie est probablement née à Plessis-Saint-Jean (Yonne) où se sont mariés ses parents, elle s'est mariée à Rosoy (Yonne, diocèse de Sens), ses grands-parents sont identifiés, mais il manque les dates de naissance et de décès.

Hubert Garnier, né vers 1640

Je ne connais que des approximations sur Hubert qui vivait certainement à Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne).

Légère Picart, née vers 1640

Légère est décédée en 1713 à Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne).

Dominique Hiriart, né avant 1644

Retraversons la France de l'Île de France vers le Sud-Ouest jusqu'au Pays Basque. Les patronymes changent à chaque génération et pire d'un acte à l'autre !

Domings Cruchette, née avant 1644

Gracien de Laborde, né avant 1658

Gratien est sans doute né à Ayherre (Pyrénées-Atlantiques) et est quasiment inconnu.

Gratianne de Salaberry, née avant 1658

Gratianne épouse de Gratien est peut-être aussi née à Ayherre (Pyrénées-Atlantiques).

Jean Laborde, né approximativement en 1642

Il s'est marié à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), mais je n'y ai pas retrouvé sa naissance.

Laurence Labastide, née en 1647 à Bayonne (Pyrénées Atlantiques)

Ses parents sont identifiés.

Jean Drouilhet, né en 1660 à Bayonne (Pyrénées Atlantiques)

Ses parents sont possiblement aussi de Bayonne.

Jeanne Casaubon, née en 1665 à Bayonne (Pyrénées Atlantiques)

Ses parents sont identifiés.

Alexandre Minier, né en septembre 1682 à Loudun (Vienne)

Alexandre et sou frère aîné sont nés à Loudun (Vienne) et furent baptisés protetants juste avant la Révocation de l'Édit de Nantes (1685) ; son frère et sa soeur puînés furent prudamment baptisés catholiques. Leurs parents, marchands, se sont mariés au Temple de Loudun.

Françoise Briant, née le 14 mai 1691 à Loudun (Vienne)

Les ascendants de Françoise sont relativement bien connus, du moins en ce qui concerne leur indetité, mais leurs professions et religions sont à discerner à la lecture de leurs acte.

Joseph Frémery, né avant 1692

Ses parents se sont mariés à Saumur (Maine-et-Loire), je n'en sais encore pas plus.

Louise Bineau, née avant 1692

Ses parents se sont mariés à Saumur (Maine-et-Loire), je n'en sais encore pas plus.


Générations 13 à 16 du coté de ma grand-mère paternelle

Les données du XVième et du XVIième siècle sont rares et très parcellaires. Les paroisses ne tenaient pratiquement pas de registres, sauf dans le domaine royal de l'Île de France (pour ce qui me concerne, l'actuel Loiret) et les territoires du pape (Vaucluse) où on appliquait timidement les ordres récents du roi (édit de Villers-Cotterets en 1539) et du concile de Trente. Les pays d'Oc (pour moi la Provence marseillaise) utilisaient beaucoup les services des notaires qui concervaient précieusement leurs grimoires, ce qui permet d'établir une généalogie tout aussi exacte.

On est en pleine Renaissance ; Johannes Gensfleischt dit Guttemberg (re)découvre l'imprimerie vers 1440 et Christophe Colomb (re)découvre les Amériques en 1492.

De ce coté, la première branche connue navigait dans une région aujourd'hui partagée entre Seine-et-Marne, Yonne et Marne, la seconde vivait probablement à Loudun (acteulle Vienne).

Léger Gauthier, né avant 1598

Il est possible qu'il soit de Villiers sur Seine, mais ce n'est pas certain, les journaliers bougeaient beaucoup.

Marie Tellot, née avant 1598

Il est possible qu'elle soit aussi de Villiers sur Seine.

Louis Lalande, né avant 1605

Il est possible qu'il soit de Pailly (Yonne) comme sa petite fille, rien ce n'est pas attesté.

Nicole La Chaise, née avant 1605

Il est possible qu'elle soit de Pailly (Yonne).

Méry Briant, né avant 1605

Méry et son épouse Renée sont sans doute originaires de Loudun (actuellement dans le département de la Vienne).

Renée Baillardeau, née avant 1605

Pierre Girard, né avant 1605

Pierre et son épouse Marie sont sans doute originaires de Loudun (actuellement dans le département de la Vienne).

Marie Cochard, née avant 1605


Toutes les générations

Vous pouvez aussi ouvrir dans une autre fenêtre l'arbre complet des 170 ancêtres directs sur 11 générations, de Jeanne Domerque, ma grand-mère paternelle. Choisissez ensuite un affichage en mode 100 % ; (certains butineurs ont des difficultés pour afficher ces grandes images).


@ de cette page :
   http://jean-luc.dupaigne.name/fr/fam/arbre_gmp.html
Date de création : 30 mars 2008.
Dernière révision : 1 août 2008.
©Jean-Luc Dupaigne 2006.